Sarah Gensburger

Domaine : politiques publiques de commémoration, sociologie de l'Etat, mémoire et politique

Lieu : Institut des sciences sociales du politique, Paris

Poste : chercheuse en sciences sociales

Groupe : Les politiques publiques contre la violence : leçons comparatives

Biographie :


Sarah Gensburger est sociologue et travaille sur l'histoire, la sociologie et la science politique. Elle a obtenu son master à l'Ecole Normale Supérieure et Sciences Po Paris (2000), et son doctorat à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS, 2006). Sa thèse sur le processus de mémoire, intitulée "L'expression des souvenirs à travers le titre de Juste parmi les Nations", a reçu le prix de thèse de l’Association française de science politique (Paris 2007) et un prix spécial de la Fondation Auschwitz (Bruxelles 2007). Elle est actuellement chargée de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), membre du centre de recherche de l'ISP. Ses recherches se situent au confluent entre méthodologie ethnographique et enjeux historiographiques contemporains. Elle s'intéresse à la dynamique contemporaine de la mémoire et à la culture matérielle et soulève la question du rôle social de la mémoire dans la construction des comportements sociaux. En tant qu'historienne, elle est spécialiste de l'Holocauste à Paris, en particulier le sauvetage des Juifs et la spoliation économique des Juifs. Sous cette perspective, elle a analysé plusieurs études de cas, publié de nombreux ouvrages et articles dans des revues à comité de lecture, et édité des ouvrages en français, anglais, allemand, polonais et espagnol. En tant qu'universitaire, elle est l'auteur de National Policy, Global Memory (Berghahn Books, 2016), Witnessing the Robbing of the Jews (Indiana University Press, 2015), co-directrice de La Résistance aux Génocides. De la pluralité des actes de sauvetage (Columbia University Press, 2011) et co-auteur de Des camps dans Paris (Berghahn Books, 2011) et de Visites scolaires, histoire et citoyenneté. Les expositions du centenaire de la Première Guerre mondiale (La Documentation française, 2016). Elle a travaillé récemment sur les réactions sociales aux attaques terroristes à Paris et publié Mémoire vive. Chroniques d'un quartier. Bataclan 2015-2016, Anamosa, 2017. Ces dix dernières années, elle a également développé une nouvelle forme d'écriture, s'adressant à une audience plus large et non universitaire. Elle a écrit un article d'opinion pour le New York Times “The Banality of Robbing the Jews”. Elle a dirigé la rédaction de, ou écrit dans, plusieurs catalogues d'exposition tels que C’étaient des enfants. Déportation et sauvetage des enfants juifs à Paris (ed., Skira Flammarion, 2012). Elle a été commissaire de plusieurs grandes expositions historiques (au Musée du Louvre, à l'Hôtel de Ville à Paris ou pour BETC Worldwide).

Publications :