Le groupe sur femmes et violence se rencontre à Paris pour finaliser leur chapitre

Le groupe de Danièle Joly et de Pénélope Larzillière « Femmes et violence, approche genrée : région ANMO et diaspora » s’est réuni à Paris afin de finaliser leur chapitre qui sera bientôt relu et commenté par le Comité International d’Évaluation.

Ce rapport présente une approche genrée afin de comprendre la violence et les moyens d’y mettre fin. Les approches genrées de la guerre et de la violence conceptualisent et comprennent ces phénomènes très différemment des sciences sociales classiques.

Pour commencer, les approches genrées mettent en avant l’importance d’étudier la violence comme une continuité de la violence, dans la sphère publique et privée, et de comprendre la manière dont ces différents types de violence sont liés de manière transnationale et intersectionnelle.

Ensuite,  les approches genrées mettent en lumière les impacts différentiels de la violence sur les femmes et les hommes dus à des relations, des normes et des identités de genre dominants.

Troisièmement, les approches genrées conceptualisent la paix comme ayant ses racines dans une perspective de justice sociale, dont la justice de genre fait partie, et comme répondant à des inégalités structurelles.

Cela signifie qu’élaborer des stratégies pour sortir de la violence implique une reconceptualisation de la violence d’un point de vue genré qui va au-delà du phénomène de violence seul. Il n’est pas seulement question de mettre fin à un conflit armé ou à une guerre, mais aussi d’assurer que cela est concomitant avec le fait d’assurer la justice sociale dans la région concernée. Sortir de la violence concerne donc toutes les initiatives et l’activisme des femmes qui contribuent à la construction d’un projet sociétal défiant les structures de domination et les inégalités dans leur forme diverse.

Cliquez sur les photos pour les agrandir: