Marie Kortam sur le phénomène de radicalisation au Liban

Marie Kortam membre du groupe de travail IPEV « La radicalisation, une perspective comparative« . Elle est chercheure associée à l’Institut français du Proche-Orient (IFPO – Beyrouth) et membre du Conseil arabe des sciences sociales. Elle a été chercheure invitée à Hertie School of Governance à Berlin en 2015-16 et au Christian Michelsen Institute à Bergen en 2014. Elle est titulaire d’un doctorat en sociologie et d’un master en sciences sociales de l’Université de Paris-Diderot. De 1999 à 2004, elle a été travailleuse sociale dans des quartiers défavorisés de Tripoli et à l’UNRWA (Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient). Ses recherches portent sur la violence mondialisée, les processus de radicalisation, la ségrégation, les reconfigurations et les pratiques de la violence dans une analyse comparative entre l’Europe et le Moyen-Orient. Elle est l’auteur de deux ouvrages et de nombreux articles de revues et chapitres d’ouvrages en Arabe, Anglais et Français consacrés à ces questions.